A la une

Expertise

CNRS : doter PRÉV’AIR des meilleurs outils de simulation possibles

Contributeur

Portrait de Laurent MENUT

Laurent Menut

Directeur de recherches au CNRS, laboratoire de Météorologie dynamique (Ecole Polytechnique)

Lire la suite

Quel est l’apport du CNRS à la plateforme PRÉV’AIR ?

Le rôle du CNRS dans le consortium n’est pas de faire de la prévision opérationnelle mais de fournir à PRÉV’AIR les meilleurs outils pour lui permettre de réaliser ses prévisions jour après jour. Notre travail est de faire évoluer les modèles, notamment le modèle CHIMERE que nous avons contribué à développer, pour qu’ils fonctionnent le mieux possible et répondent aux besoins. Cela passe par l’amélioration de la représentativité et de la fiabilité des résultats des calculs en renforçant notre compréhension des processus physico-chimiques des polluants et leur intégration dans les modèles. La possibilité de faire tourner les simulations chaque jour et de pouvoir comparer les résultats aux mesures réelles permet de déterminer rapidement si l’on va dans la bonne direction et d’identifier les priorités de recherche concernant les processus réactionnels à suivre et à décrire. La prévision expérimentale est pour nous un outil extrêmement puissant pour bien comprendre les multiples phénomènes de pollution et leurs combinaisons.

Vos recherches actuelles concernent notamment les aérosols ?

En effet, car la pollution par les aérosols est particulièrement complexe à modéliser. Les difficultés tiennent à la variabilité du lieu et des conditions d’émission de ces particules, à la diversité de leurs caractéristiques (aérosols primaires ou secondaires, minéraux, organiques…), de leur processus de formation et de transformation (nucléation, condensation, coagulation), de leur transport à longue distance, de leur dépôt… En collaboration avec des chimistes, nous travaillons activement à développer nos connaissances de tous ces mécanismes et à les simplifier raisonnablement pour pouvoir les intégrer dans les modèles de façon optimale.

Commentaires désactivés.