A la une

Sécurité industrielle

RESIGUIDE
accompagne les entreprises riveraines des sites Seveso

Industry concept. Factory or refinery at sunset.

En Savoir Plus

RESIGUIDE

Retrouvez la présentation du projet sur le site AMARIS

Cliquez ICI pour télécharger le guide et téléchargez ici la plaquette

 

Lire la suite

Contributeur

a.vallée

Agnès Vallée

Chef de projet en charge des PPRT

Lire la suite

La France compte près de 700 sites industriels classés ‘Seveso seuil haut’. Afin d’aider les entreprises situées à proximité de ces sites dangereux, un guide a été élaboré qui leur donne les clés pour optimiser leur protection contre ces risques.

Deux ans après la catastrophe de Seveso en Italie, où un rejet accidentel de dioxine avait noyé la ville sous un nuage toxique, l’Europe a instauré une directive (dite Directive Seveso), demandant aux Etats et aux entreprises « d’identifier les risques associés à certaines activités industrielles dangereuses et de prendre les mesures nécessaires pour y faire face ».

En France, près de 700 sites industriels sont classés ‘Seveso seuil haut’. Ces installations, où l’on fabrique, stocke ou utilise des produits dangereux en grande quantité, peuvent provoquer des accidents industriels majeurs, comme cela a été le cas en 2001 à Toulouse, avec l’explosion meurtrière de l’usine AZF. Pour réduire l’exposition des populations riveraines à ces risques, l’Etat a alors créé en 2003 les Plans de prévention des risques technologiques (PPRT), déployés autour des sites.

Zones rouges et zones bleues

« L’objectif de ces plans de prévention est de protéger les personnes vivant et/ou travaillant à proximité d’un site à risques » explique Agnès Vallée, chef de projet en charge des PPRT à l’neris. Chaque PPRT[1] impose des règles d’occupation du sol, d’utilisation et d’exploitation des bâtiments et équipements, et dresse un zonage différencié selon les aléas potentiels : zones rouges (foncées puis claires) autour et à proximité immédiate du site, et zones bleues (foncées puis claires), au fur et à mesure que l’on s’éloigne du danger.

RESIGUIDE : une démarche et des conseils pratiques

Pour aider les entreprises concernées par un PPRT (et plus particulièrement celles situées dans les zones ‘bleues’) à mettre en œuvre et optimiser leur protection, l’association AMARIS[2] et l’neris, avec l’agence EDEL[3] et le CEREMA[4], ont élaboré ensemble un guide destiné à accompagner ces entreprises dans leur démarche et à leur proposer des pistes à suivre. Ce guide, nommé RESIGUIDE, s’inscrit dans le cadre du programme RESIRISK qui vise à apporter aux entreprises et collectivités locales des réponses et des outils adéquats en vue d’aménager leurs bâtiments et les zones d’activités économiques éventuellement impactées.

Comme le précise Agnès Vallée, « ce RESIGUIDE s’adresse aux dirigeants des entreprises riveraines des établissements à haut risque. Ils y trouveront une sensibilisation à la problématique du risque en zones bleues, ainsi qu’une méthode d’approche rationnelle et des pistes concrètes pour assurer la sécurité de leurs salariés (et visiteurs), adaptées à leur cas particulier ». Cela va de la formation du personnel à l’affichage d’informations relatives aux divers risques potentiels – effets toxiques (dispersion d’un nuage), thermiques (incendie) et de surpression (souffle d’une explosion) –, à la signalétique et aux systèmes d’alerte, à l’aménagement des locaux (renforcement du bâti, construction de pièces sécurisées…), jusqu’aux programmes d’évacuation des personnes, aux exercices, etc. La contribution de l’Ineris à ce guide a notamment porté sur les aspects les plus techniques…

 

[1] Il existe, aujourd’hui, environ 400 PPRT en France, répartis sur 800 communes.
[2] AMARIS est l’association nationale des collectivités pour la maîtrise des risques technologiques majeurs.
[3] L’agence EDEL intervient dans les domaines de la prévention des risques majeurs, de l’environnement et du développement local.
[4] Le CEREMA est le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement.

 

Commentaires désactivés.